Trahir c’est devenir – fable poétique pour philosophes à partir de 3 ans

Ça pourrait être une histoire de pirates, de voyageurs ou de migration. C’est sans doute tout ça à la fois.
Partis pour un monde meilleur, des hommes et des femmes font face à leur destin. En chemin, quelque chose bascule :
ils décident non seulement de ne jamais revenir, mais aussi d’abandonner le monde qu’ils étaient partis chercher.

Au début de cette épopée, la trahison apparaît d’abord comme une rupture avec le monde ancien.
Le nouveau monde incarne les rêves d’ailleurs que chacun porte en lui. Au fur et à mesure du voyage,
la trahison est intégrée comme une remise en question permanente. Le collectif trouve alors sa force
dans sa capacité d’adaptation au changement.

Et si cet équipage était tout entier à l’intérieur d’une seule personne, en prise avec ses doutes et élans multiples ?

Nous avons pris le mot « trahir » sous une forme positive, comme la possibilité d’un changement assumé.
La trahison devient le premier pas vers une identité nouvelle. Concrètement, il peut s’agir d’un déménagement, d’un deuil, d’une rupture…
Tout événement qui nous pousse à changer de vie à un moment donné, et envisager ensuite la possibilité de rester en mouvement.

Trahir la personne que j’étais autrefois me permet aujourd’hui de grandir, de devenir autre.

La Forme

Philosophie pour enfants

Inspirée de Gilles Deleuze, notre démarche vise à écrire des textes sans imposer une interprétation.
Plutôt qu’un message à faire passer, nous proposons des pistes en pointillés.
Libre à chacun de faire sa propre lecture de l’histoire et d’y trouver une « matière pour penser » à développer au-delà.

La rencontre du texte avec l’image

Dans le texte, nous utilisons des images concrètes pour évoquer des réalités difficiles à nommer,
des instants fragiles tels qu’un changement d’avis ou la naissance d’un sentiment collectif.
Les dessins viennent tantôt expliciter ces situations, tantôt elles ouvrent d’autres pistes d’interprétation du texte.
Le rythme de la lecture a une importance. Le format, la composition de la page, l’écho entre le texte et l’image,
tous ces choix concourent à la naissance d’une émotion.

Le Fond

Mer et questions

Larguer les amarres, être dans le même bateau, changer de cap, jeter l’ancre…
Les images empruntées au monde marin trament notre imaginaire et imprègnent notre quotidien.
Elles offrent un support tangible pour parler de nos choix, nos départs, nos trajectoires intérieures.

Mer et migrations

La poésie ancestrale de la mer se lie aujourd’hui à une réalité crue.
On ne peut évoquer les migrations sans penser aux traversées mortelles et aux destins brisés qui font notre actualité.
A travers la fable, nous pouvons nous relier à d’autres histoires d’humanités.

Une ode aux nouveaux mondes

Dans un monde en mutation, des hommes et des femmes inventent chaque jour de nouvelles formes de vie.
Ils sont nombreux, ils sont petits et grands, leurs changements. Nous rendons hommage à ceux qui ont pris l’incertitude
comme compagne de route et se construisent, solides, sur des bases d’eau et de vent.

Texte / Anne-Sophie Lamberts

 

Edition

aquarelledécoupageencreencre de chineestime de soijeunesselivrematièrespapierpinceautampon encreur

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site
Accepter
Refuser